Imprimer Recommander   Twitter
 
Imprimer Recommander   Twitter
Test: Toyota Yaris

Test: Toyota Yaris

Promotion sociale

13.09.2011

Déjà lors de sa découverte sur son lieu de production, la nouvelle Yaris nous avait laissé un sentiment des plus positifs. Après l’avoir prise en main, cette troisième génération semble définitivement mieux armée que jamais pour convaincre une clientèle européenneexigeante !

Puisque l’auto vous a déjà été disséquée dans nos colonnes, les présentations sont déjà faites. On ne s’attardera donc sur l’extérieur que pour remarquer la présentation soignée et joviale de la petite japonaise, qui s’inscrit ainsi dans la lignée des précédentes générations.

Test Toyota YarisDe même, la belle qualité de présentation et d’assemblage de l’habitacle se confirme, avec des plastiques durs, certes, mais à la qualité perçue qui n’a rien à envier aux productions européennes. En revanche, la disparition des vastes espaces de rangement pointée du doigt lors de notre première rencontre confirme la perte de praticité pressentie: certes les rangements sont toujours nombreux, mais trop petits et disséminés un peu partout, ce qui oblige à éparpiller les menus objets de nos poches. Mention spéciale en revanche au large toit vitré occultable (mais fixe) qui apporte beaucoup de lumière dans l’habitacle.

Chasse aux primes

Test Toyota YarisPour se mouvoir, la petite japonaise s’adjoint les services de trois motorisations. Deux blocs essence de 1 litre et 1,33 litre de cylindrée, développant respectivement 69 et 99 chevaux, et un 1.4 D-4D de 90 chevaux. Si la boîte manuelle à six rapports est fournie de série, il est également possible d’opter pour une boîte robotisée sur le diesel ou pour une boîte «multi modes» à variation continue sur le plus puissant des blocs essence. Ce dernier cas méritera réflexion car, contrairement à toutes les autres combinaisons dont les rejets de CO2 varient de 103 à 114gr/km, celui-ci n’a droit à aucune prime fédérale, argument de vente certain à l’heure actuelle.

L’an prochain, une motorisation full-hybride, semblable à celle de la Prius, viendra gonfler le catalogue.

City trip

Test Toyota YarisC’est dans ses versions manuelles les plus musclées que nous avons prise en main la Yaris. Le 1.33l, moteur qui devrait représenter le gros des ventes en Europe, s’avère pétillant et vigoureux en accélérations et reprises tout en restant particulièrement sobre puisque sa consommation moyenne s’ajuste à 5,2l/100km grâce au renfort du dispositif Stop&Start. Un artifice dont ne dispose pas encore le 1.4 D-4D dont le peps n’apparaît qu’au dessus des 1.800tr/min. Plutôt étonnant pour un petit turbodiesel, ce qui ne l’empêche pas de contenir sa consommation  à 3,9l/100km.

C’est bien entendu en ville que la Yaris se montre la plus dans son élément, avec ses dimensions compactes (3,88 mètres de long seulement), sa direction légère et son diamètre de braquage extrêmement court, elle se faufile partout!  Une fois sortie des centres urbains, la petite Toyota continue d’offrir des prestations tout à fait correctes, même si la direction manque alors de précision et que les reprises souffrent sur autoroute.

Pas donnée, la Yaris ouvre son tarif à 14.000 euros en version de base Active. Le diesel, disponible à partir du second niveau de finition, Comfort, débute, lui, à 17.990 euros.

Test Toyota Yaris

Retrouvez toutes les nouveautés de la marque Toyota

Trouvez une Toyota Yaris d' occasion parmi des milliers de véhicules de seconde main

Découvrez un aperçu du modèle Toyota Yaris ainsi qu'une sélection d' occasion

 

Salon de Genève 2017

Découvrez toutes les nouveautés du Salon de l'Auto de Genève 2017 dans notre dossier spécial.

Auto & Milieu

Tous les essais de véhicules à faibles émissions de CO2.

No data available

Trouvez votre voiture !

Marque
Modèle

Sécurité en ligne

Protégez-vous contre l'hameçonnage (phishing), de la fraude par chèque et des offres malhonnêtes. Surfez en toute sécurité grâce à nos conseils.