Imprimer Recommander   Twitter
 
Imprimer Recommander   Twitter
Galerie: Test Renault Espace

Test: Renault Espace

Voyager à l'ancienne mode

10.12.2008

Dans les années 20, la plupart des véhicules se prêtaient encore parfaitement bien au voyage. C’est la raison pour laquelle l’automobile était le mets de choix pour avaler les longues distances et se devait d'être particulièrement confortable. Aujourd’hui, tout rime avec sportivité, raideur, dynamisme – ou tout simplement fermeté. Le Renault Espace fait exception à cette règle dans toute sa majesté – il incarne par excellence la voiture de tourisme.

Les constructeurs automobiles en voient des vertes et des pas mûres. D'un côté, ils doivent faire face aux exigences des clients souhaitant se mouvoir au volant d'un véhicule fonctionnel se prêtant à un usage quotidien, confortable et sûr. Mais de l'autre, ils doivent aller au devant des attentes des journalistes automobiles prêts à malmener le moindre utilitaire sur un parcours de prise en main. Et qui n'arrive pas à jongler avec toutes ces demandes sera le grand perdant. Renault n’entre pas dans ce jeu-là – à tout le moins avec son Espace qui, pour l'heure, fait partie des véhicules de tourisme les plus confortables.

Confort avant tout

Galerie: Test Renault EspaceTout commence dès la montée. De grandes portes largement basculantes ouvrent la voie vers l’intérieur. La position de conduite discrètement surélevée rend l'accès au véhicule bien plus simple. Les occupants sont agréablement accueillis par des sièges confortables dotés de nombreuses possibilités de réglage. L’intérieur alcantara (en option) ravit tout autant les yeux que le corps. Les passagers arrière peuvent quant à eux modifier l’écart entre les sièges et l’inclinaison des dossiers sur deux rangées. Cependant, lorsque les sept sièges sont installés, la capacité de rangement ne peut plus dépasser 300 litres. Pour gagner 650 litres sous la «plage arrière», il faudra se passer des deux dernières places.

Galerie: Test Renault EspaceA l’avant, le regard se promène toutefois sur une planche de bord claire et soignée. Rien ne vient perturber ce moment car l'ensemble des commandes, boutons ou écran est bien dissimulé. Les dispositifs de réglage de température installés dans les portes témoignent d’une parfaite ergonomie. Une fois les portes fermées, le conducteur presse le bouton de démarrage, l’écran digital bien pensé s’éveille à la vie et le moteur commence à ronronner comme un chat rempli de satisfaction.

Propulsion délicate

Galerie: Test Renault EspaceLe moteur à auto-allumage de 150 ch ronronne même avec tant de délicatesse qu'on oublie vite son principe de fonctionnement, même juste après le démarrage à froid. Il imprime un imposant couple de 340 newtonmètres aux arbres de transmission et permet à l’Espace de franchir les 100 km/h en 11,4 secondes. Certes, il rate de près d’une seconde les chiffres avancés par le constructeur, mais il accroche le 202 compteur à une vitesse supérieure de 8 km/h à ce qui était estimé.

De série, la Renault est associée à une transmission manuelle à six rapports. Bien qu'apportant toute satisfaction, elle ne s’harmonise pas particulièrement bien avec l’image d’ensemble placée sous le signe du confort. Moyennant 1.500 euros, mieux vaut porter son choix sur la boîte automatique à six rapports, car le confort s'en voit encore amélioré. En tout cas, le 2, 0 dCi ne fait absolument pas preuve de sobriété. Le diesel a englouti exactement 231,65 litres pour parcourir gaillardement les 2.312 kilomètres lors de notre essai. Le réservoir de 83 litres confère une autonomie d’approximativement 800 kilomètres.

Quelques griefs

Galerie: Test Renault EspaceMais les sièges arrière sont loin d’être supérieurs à la moyenne. Seul un adepte du développé-couché sera en mesure de les démonter. Le maniement du système de divertissement, de navigation et de connectivité Bluetooth est loin d’être intuitif. L’écran ne peut être désactivé que lorsque la radio est silencieuse, et c’est alors que disparaît simultanément la seule et unique pendule de l’Espace. La serviabilité du régulateur de vitesse en importunera plus d’un en raison du réglage de la vitesse actuelle, à moins d’activer manuellement le tableau de bord. Et pour couronner le tout, la direction assistée sous l’influence de la vitesse (en option) fait regretter l’absence de précision. Mais ce ne sont que bagatelles que l’Espace nous fait bien volontiers oublier.

Châssis

Les avantages reviennent en force. Prenons pour exemple le châssis associé aux jantes alu 17 pouces de série, une véritable oeuvre d’art ! A tout le moins lorsque l’aspect confort arrive en tête de liste. L’espace a une telle tenue de route que l’agilité offerte du deux tonnes déconcerte les véhicules arrivant en sens inverse. A l’évidence, certains vans américains enfilent les virages avec plus de rapidité, de sportivité et de précision, mais il n’en existe guère pour faire tenir les amortisseurs en équilibre au-dessus des pistons avec autant de souveraineté.

Faible intensité des bruits dus au vent

Galerie: Test Renault EspaceLa Française se démarque par ailleurs par la faible intensité des bruits dus au vent. Rares sont les véhicules de cette catégorie à témoigner d’un habitacle où le silence est d’or. Même à 180, une conversation raffinée avec les passagers arrière n’est pas remise en cause. La vue d’ensemble offerte par l’Espace remporte tous les suffrages et renforce le sentiment de bien-être. Elle est la seule à posséder ces montants A filigranés qui garantissent presque un tour d’horizon panoramique.

L’achat d’un Espace est de toute évidence un plaisir qui vide les poches. Toutefois, tous les constructeurs automobiles n’offrant pas trois ans ou jusqu’à 100.000 kilomètres de garantie, cela joue en sa faveur. Pour la Renault Espace Alyum dCi 150 FAP que nous recommandons, il est nécessaire d’investir quelques 37.000 euros.

Galerie: Test Renault EspaceMoyennant certes une grosse somme d’argent, des rétroviseurs photochromatiques, l’accès sans clé au véhicule, un régulateur de vitesse, des sièges chauffants à l’avant ainsi qu’une aide au stationnement à l’arrière et par exemple des jantes alu 17 pouces prendront place place à bord du véhicule. Le modèle de base, le Family et son moteur essence de 136 ch, est proposé à un tarif avantageux, soit 27.450 euros.

Bilan

Il n’y a vraiment rien à reprocher à l’Espace 2.0 dCi. Et celui qui se l’offrira aura tout bon. Si son maniement est loin d’être intuitif, on lui pardonne ses singularités. Le Renault Espace est en effet une des voitures les plus confortables et les plus silencieuses du marché. Sans avoir l’air d’y toucher, son design intemporel et sans fioritures ne manquera pas de convaincre et elle déménage plutôt bien. Un véhicule idéal, non seulement pour la famille, mais également pour les gros rouleurs à forte demande de transport – ne serait- ce que pour vadrouiller en toute décontraction sur la Côte d’Azur.

Galerie: Test Renault Espace

 

Salon de Genève 2017

Découvrez toutes les nouveautés du Salon de l'Auto de Genève 2017 dans notre dossier spécial.

Auto & Milieu

Tous les essais de véhicules à faibles émissions de CO2.

No data available

Trouvez votre voiture !

Marque
Modèle

Sécurité en ligne

Protégez-vous contre l'hameçonnage (phishing), de la fraude par chèque et des offres malhonnêtes. Surfez en toute sécurité grâce à nos conseils.