Imprimer Recommander   Twitter
 
Imprimer Recommander   Twitter
Test: Nissan Almera Tino 2.2 Di

Test: Nissan Almera Tino 2.2 Di

Scéniquement vôtre

22.09.2006

Conçue et développée en Europe, fabriquée en Espagne, l'Almera Tino représente l'offre Nissan dans le segment de marché des MPV. Un marché qui sur le vieux continent connaît actuellement un "boum" extraordinaire. C'est vrai que privilégiant convivialité et aspect pratique, le MPV, véhicule intelligent par excellence, plaît non seulement à une nouvelle clientèle familiale, mais aussi, et ce n'est pas négligeable, à bon nombre d' enfants. De quoi infléchir quelque part le choix des parents !

Design
Test Nissan Almera Tino 2.2 Di
L'Almera Tino européenne, est une voiture très différente de la version japonaise lancée fin 98. Redessinée pour nos marchés, elle apparaît comme une copie quasi parfaite de Scénic. Seuls les blocs optiques volumineux encadrant la vitre du hayon arrière lui permettent de se démarquer quelque peu du monospace français. Et pourtant, même si Nissan est aujourd'hui passé dans le giron de Renault, la Tino, conçue bien avant la prise de contrôle de Nissan par le constructeur français, ne partage pas la moindre pièce avec Scénic. Mieux, avec ses 4,27 m de long, elle dépasse de 10 cm le monospace français.
Confort
Le confort est un des nombreux points forts de la Tino. Doté d'une planche de bord basse et profonde intégrant intelligemment instrumentation, radio avec lecteur CD ou encore commandes de climatisation, ce monospace offre un habitacle chaleureux, lumineux et très accueillant. Créer une ambiance non-claustrophobe pour les enfants, représentait un autre défi pour les concepteurs de la Tino. A cet effet, les sièges arrière sont plus hauts de 25 mm par rapport aux sièges conducteur et passager. Ce qui, ajouté à une inhabituelle mais généreuse surface vitrée, fait des trois places arrière à siège individuel un endroit particulièrement agréable et confortable pour les occupants.
Fonctionnalité
24-20-10. Trois chiffres mis en exergue par les responsables du projet Tino. 24 : le nombre de configurations que peuvent adopter les trois sièges arrière qui non seulement se rabattent, mais présentent également la possibilité de se replier par deux fois. Des sièges qui d'autre part se déposent très aisément. Signalons encore que les deux sièges arrière latéraux montés sur glissière, coulissent sur 20 cm. 20 : la quantité d'espaces de rangement proposés par cette nouveauté. Outre de grands tiroirs prévus sous les deux sièges avant, on note deux paniers démontables munis de poignées qui se trouvent cachés dans le plancher arrière juste devant les sièges. Imaginés d'abord pour recevoir les jeux ou jouets des enfants, ils peuvent non seulement servir de paniers à commissions mais également de caches pour des objets de taille moyenne qui, lors de stationnements, doivent demeurer à l'abri des regards indiscrets. 10 : le nombre de points d'ancrage disposé dans un coffre qui, selon la configuration des sièges, passe de 440 à 2.000 litres. Au-delà, on pointera également toutes les fonctions radio regroupées sur le volant.
Comportement
Outre deux motorisations essence (1.8 et 2.0 l), la Tino est dotée d'un 2.2 l turbodiesel de 114 ch pointé actuellement comme le plus puissant du segment. Tout comme la berline, la Tino bénéficie d'un excellent comportement routier. Toutefois, en ce qui concerne les motorisations, des différentes versions essayées, c'est incontestablement la 2.2 l turbodiesel à injection directe qui s'avère la plus agréable. On regrettera toutefois un cinquième rapport trop long qui, sur routes sinueuses ou accidentées, oblige le conducteur à jouer très souvent avec une boîte de vitesses manquant parfois de précision. A noter que c'est dans sa version dieselisée, que la Tino nous est apparue la mieux insonorisée. Outre le fait d'être le premier monospace de sa catégorie à bénéficier du brake assist (amplificateur d'assistance au freinage) qui s'ajoute à l'ABS et au répartiteur de freinage EBD - tout cela de série s'il vous plaît - la Tino est également le premier véhicule de ce segment à pouvoir bénéficier de la transmission CVT.
Conclusion
Eut égard à la richesse d'un équipement d'origine réellement pléthorique, à son prix concurrentiel, à son agrément de conduite, à son haut niveau de sécurité - airbags latéraux et frontaux - et à sa grande modularité, l'Almera Tino, même si son diesel est un 2.2 l, et donc fiscalement quelque peu moins attractif, devrait constituer un redoutable concurrent pour les Scénic, Picasso et autre Zafira.

 

Salon de Francfort 2017

Découvrez toutes les nouveautés du Salon de l'Auto de Francfort 2017 dans notre dossier spécial.

Auto & Milieu

Tous les essais de véhicules à faibles émissions de CO2.

No data available

Trouvez votre voiture !

Marque
Modèle

Sécurité en ligne

Protégez-vous contre l'hameçonnage (phishing), de la fraude par chèque et des offres malhonnêtes. Surfez en toute sécurité grâce à nos conseils.