Imprimer Recommander   Twitter
 
Imprimer Recommander   Twitter
Galerie: Reportage Avec la Team Sky aux Paris-Roubaix

Reportage: Avec la Team Sky aux Paris-Roubaix

En Jaguar dans l'Enfer du Nord

16.04.2015

Nous traversons un océan de spectateurs, partout nous entendons le même mantra. Un mantra composé de deux mots seulement: "Jaguar" et "Sky". Nous vivons le Paris-Roubaix depuis la banquette arrière. Dans l'Enfer du Nord, mais avec style, en Jaguar XJ.

Jaguar ne sponsorise qu'une équipe professionnelle de cyclisme, la britannique Team Sky. Les XF Sportbrake noires à bande bleu azur sont devenues une signature à part entière, en tout cas pour les amateurs de courses cyclistes. Alors qu'on trouve des Skoda au sein d'à peu près toutes les autres équipes, une seule dispose de Jags: Team Sky.

27 secteurs à pavés

Galerie: Reportage Avec la Team Sky aux Paris-RoubaixTeam Sky se lance aujourd'hui dans la plus redoutable des classiques: le Paris-Roubaix, surnommée l'Enfer du Nord. Des 253 km que comptent la course, 50 sont parcourus sur les plus horribles routes pavées du Monde. Vingt-sept "secteurs à pavés" qui secouent coureurs et voitures. Sky dispose ici de quatre Jaguar. L'une suit les coureurs, les autres prennent des raccourcis pour pouvoir apporter l'assistance nécessaire après les zones pavées sur le bord de la route. Elles sont remplies de roues, de bidons, de nourriture et, sur le toit, de vélos de réserve. Nous suivons l'une des XF à bord d'une XJ.

La XJ a beau être luxueuse, elle n'a pas été développée pour le Paris-Roubaix, comme le met en évidence la première portion pavée où nous arrivons une heure avant les coureurs. La XJ racle les pavés avec un bruit atroce qui ne s'arrête que lorsque le chauffeur décide de conduire un peu plus sur le bas-côté. Il semble inquiet. La XF qui nous précède, elle, continue sur la route en soulevant des nuages de poussière. Image classique de l'Enfer. Les dégâts, nous les chercherons plus tard.

Hoppers

Galerie: Reportage Avec la Team Sky aux Paris-RoubaixNous faisons halte à la fin de la portion. Nous sommes au premier point où les "Hoppers" se tiennent prêt avec du matériel et des roues de rechange. A chaque zone où presque, il y a une équipe et tout le matériel de réserve. Pour ces équipes, l'art consiste à repartir après le passage du peloton et d'arriver avant les coureurs à la fin de la prochaine zone pavée.

Cette édition de la Classique infernale est particulièrement rapide. Les coureurs roulent à plus de 50 km/h, et la caravane de voitures suiveuse suit à la même allure, là où vous rouleriez au pas. Surtout au milieu de tous ces spectateurs. Ca semble dingue, mais les chauffeurs connaissent leur boulot. La plupart d'entre eux sont d'anciens pros où des mécaniciens capables de lire parfaitement le parcours.

Le Boss

Galerie: Reportage Avec la Team Sky aux Paris-Roubaix"Normalement, on peut voir les coureurs jusqu'à huit fois", explique l'un des Hoppers. "Mais aujourd'hui, c'est un peu moins. Nous devons nous retenir un peu parce que nous avons le Boss dans la voiture." Le Boss, c'est David Brailsford, voyez-le comme le Patrick Lefevere de Team Sky. Aujourd'hui, il prend congé de Bradley Wiggins. "Wiggo" et "Dave" se connaissent depuis très longtemps, depuis l'époque de l'Equipe Nationale Britannique. C'est Brailsford qui a fait comprendre à Wiggins qu'il avait le potentiel d'un médaillé. Potentiel ensuite confirmé, avec une Victoire de Tour en prime. Mais durant la course, il n'y a pas de place pour l'émotion. "Bien sûr c'est un chapitre important pour moi qui se referme aujourd'hui. Ca me rappelle que les années passent pour moi aussi, non? (il sourit) Mais le plus important aujourd'hui,  je pense que c'est l'espoir de voir émerger d'autres talents."

Galerie: Reportage Avec la Team Sky aux Paris-RoubaixQuoi qu'il en soit, aujourd'hui est le jour de Wiggins. C'est lui, la seule carte que joue Team Sky. "Le plan est simple: Wiggins attaquera entre 50 et 40 km avant la ligne. Il y a beaucoup d'hommes très rapide dans le pelotons donc il a peu de chance de s'imposer, mais il peut quand-même essayer." Et le plan B? Brailsford me regarde interloqué. Quel Plan B? Wiggins essaiera donc, puis sera repris. Il termine la course à la 18ème place, mais quitte le circuit professionnel la tête haute!

 

Salon de Francfort 2017

Découvrez toutes les nouveautés du Salon de l'Auto de Francfort 2017 dans notre dossier spécial.

Auto & Milieu

Tous les essais de véhicules à faibles émissions de CO2.

No data available

Trouvez votre voiture !

Marque
Modèle

Sécurité en ligne

Protégez-vous contre l'hameçonnage (phishing), de la fraude par chèque et des offres malhonnêtes. Surfez en toute sécurité grâce à nos conseils.