Imprimer Recommander   Twitter
 
Imprimer Recommander   Twitter
Galerie: Reportage Audi Sport Quattro

Reportage: Audi Sport Quattro

Le vrai Stig

28.03.2014

Oubliez le Stig de Top Gear. Le vrai Stig, c'est celui-ci: Stig Blomqvist, Champion du Monde sur Audi Quattro en 1984. A 67 printemps, il pratique encore avec brio la danse du pédalier et au volant, c'est un Maître. Même dans une redoutable Audi Quattro Sport de 510 ch. Une voiture qu'il n'a pas toujours aimée, en réalité…

Il fait un froid de canard à Molanda, Suède. La route est encore recouverte de quelques centimètres de neige. Il y a là une Audi Quattro Sport, revêtue des célèbres couleurs HB, qui apporte sa contribution au réchauffement climatique, son moteur ronronne pour se réchauffer lui-même. Le son est très civilisé, pas du tout ce qu'on imaginerait de la part d'un monstre de Groupe B de 1984.

Talbot Lotus

Galerie: Reportage Audi Sport Quattro1984 est l'année à laquelle Blomqvist emporta le titre de Champion du Monde au volant de l'Audi Quattro originelle. "Je roulais à l'époque en Talbot Lotus propulsion quand Audi m'a proposé d'essayer la Quattro. Oui les gars, j'ai vite compris pourquoi elle était si rapide!"

Ce que nous savons surtout de l'Audi Quattro, c'est qu'elle apporta la transmission intégrale dans le Championnat du Monde des Rallyes, et que la concurrence lui a emboîté le pas. Ce que l'Histoire oublie, c'est que la Quattro fut longtemps en proie à un manque de fiabilité. Mais quand elle n'était pas en panne, elle était imbattable.

Galerie: Reportage Audi Sport Quattro1984 fut donc l'année Blomqvist. Le Suédois, au volant de la Quattro A2, s'imposa sur quatre rallyes et emporta le titre. Et ce n'est qu'une fois ce titre en poche qu'il passa à la monstrueuse Quattro Sport. Et avec elle, il ajouta encore le Rallye de Côte d'Ivoire à son palmarès.

Quattro courte

La Quattro Sport était la version Groupe B de la Quattro à empattement court. Le 5 cylindres 2.1 explosa la barrière des 400 ch grâce à son turbo KKK, et grimpa même jusqu'à 510 ch. Aujourd'hui, 30 ans plus tard, elle paraît toujours aussi monstrueuse. Une voiture impressionnante, angoissante, même quand elle ne bouge pas.

Galerie: Reportage Audi Sport QuattroAngoissante pour nous, peut-être, mais pas pour Blomqvist. Il la laisse calmement arriver à température, puis l'envoie ensuite comme un missile entre deux murs de neige. A partir de 3.000 tours, le turbo souffle. Sous ce régime, le moteur est civilisé. Au-delà, il hurle comme le chanteur d'AC/DC. D'ailleurs, la poussée qu'il dispense a le même effet que la foudre, on est "Thunderstruck". Cette voiture ne semble avoir aucune considération pour son propre statut de pièce de musée. Blomqvist envoie joyeusement le compte-tours danser autour des 6.000. Son pied gauche est en permanence sur la pédale de freins mais ses mouvements ne sont jamais brutaux. Il fait en sorte de perdre le moins de vitesse possible.

A la fin d'une petite montée, l'Audi quitte presque le sol, étire ses amortisseurs et godille un peu entre les murs de neige. Et n'allez pas croire que notre Stig ait levé le pied ne serait-ce qu'une seconde! Le talent est clairement insoluble dans le temps qui passe.

"Tricky"

"En fait, j'ai toujours trouvé que la première Quattro était la meilleure", nous dit l'homme qui connut aussi brièvement la remplaçante de la Quattro Sport, la S1. "La première Quattro était un rêve à piloter. Ici, l'empattement a été sérieusement raccourci et ça a rendu la voiture un peu tricky (pointue, piégeuse). Sur asphalte, ses petites dimensions s'en sortaient assez bien mais sur gravier, elle était plus difficile à contrôler. Pas à cause de la puissance, pas de souci de ce côté-là, mais son équilibre la rendait un peu caractérielle." Il prononce ces mots avec nonchalance et si elles n'étaient pas soudées au siège par ses harnais, il hausserait sûrement les épaules.

Galerie: Reportage Audi Sport QuattroBlomqvist a pris part à d'innombrables Championnats du Monde, et a connu le temps où les voitures devaient de frayer un passage à travers les marées humaines. "On savait d'avance comment ça allait se passer en Italie ou au Portugal. Pour Dieu sait quelle raison, tout le monde voulait absolument toucher la voiture." Et à sa façon de le dire, on comprend que pour lui, c'était surtout le problème des spectateurs.

Blomqvist a participé à son dernier Rallye WRC en 2006, au volant d'une Subaru Impreza. Trente ans ont passé depuis son titre mais après l'avoir vu à l'œuvre, notre avis est qu'il pourrait se présenter à un départ dès demain.

 

Salon de Genève 2017

Découvrez toutes les nouveautés du Salon de l'Auto de Genève 2017 dans notre dossier spécial.

Auto & Milieu

Tous les essais de véhicules à faibles émissions de CO2.

No data available

Trouvez votre voiture !

Marque
Modèle

Sécurité en ligne

Protégez-vous contre l'hameçonnage (phishing), de la fraude par chèque et des offres malhonnêtes. Surfez en toute sécurité grâce à nos conseils.