Imprimer Recommander   Twitter
 
Imprimer Recommander   Twitter
Rapport: Moteurs diesel

Rapport: Moteurs diesel "défiscalisés"

La fin des 136 ch?

26.02.2011

Il y a quelques semaines, nous vous présentions la nouvelle VW Jetta. Et à notre grande surprise, aucune version 136 ch du 2.0 TDi ne figure au catalogue. La fin d'une tradition?

Dans le petit monde des motoristes, on a souvent pu constater que certains paliers de puissances étaient communément adoptés. Les 140 ch pour un 2.0 litres diesel par exemple, ou 170 ch pour les versions plus poussées, voire pour un 2.2. Or chez nous, la fiscalité est assassine pour ces puissances. La parade des constructeurs était donc de proposer des versions "dégonflées" de ces moteurs, de respectivement 136 et 163 ch.

Downsizing

Souvent, ces versions surnommées "fiscales" étaient exactement au même prix catalogue que les versions normales, mais avec l'avantage non négligeable d'être sensiblement moins taxées. Pour une 136 ch, la TMC est de 495€. Pour le même moteur avec 4 petits chevaux de plus, la TMC est de… 867€! La taxe annuelle par contre, basée sur la cylindrée, reste dans les deux cas à 373€.

Rapport Moteurs diesel Mais depuis peu, l'ère est au downsizing. Le but premier de cette tendance est d'obtenir des émissions moyennes plus favorables mais puisque les moteurs sont de plus petites cylindrées, la taxation s'en ressent aussi très favorablement. Et il semble que le client belge ait clairement fait son choix entre chevaux et euros. Dans le cas de VW par exemple, un 1.6 TDI 105 ch est frappé d'une TMC de 123€ et d'une taxe annuelle de 248€. Y a pas photo! Le conducteur est-il frustré pour autant? Non, pas vraiment. Car rappelons que la puissance ne sert qu'à aller chercher la vitesse de pointe. La majorité du temps, c'est le couple qui nous fait avancer. Or avec 250 Nm de couple, un 1.6 a largement ce qu'il faut. Et le client le pense aussi puisque dans les segments Golf et Jetta, les ventes de moteurs 2.0 TDi sont devenues anecdotiques.

Adieu 136

La disparition du 136 ne fera donc que des heureux. Le client paie moins de taxes, consomme moins, profite éventuellement de primes à la faveur de faibles émissions, le constructeur quant à lui va s'épargner quelques frais (peu, juste le coût d'un boîtier électronique) et bien des soucis en termes de logistique et d'administration (car tout moteur 140 décliné en 136 devait repasser les procédures d'homologations) et les sociétés de leasing enfin, qui achetaient le plus gros des 2.0 TDI 136, mais qui étaient bien en peine ensuite de les revendre, dans des pays ou personne ne veut de voitures auxquelles il manque 4 chevaux. Adieu 136! Et merci pour tout.

 

Salon de Francfort 2017

Découvrez toutes les nouveautés du Salon de l'Auto de Francfort 2017 dans notre dossier spécial.

Auto & Milieu

Tous les essais de véhicules à faibles émissions de CO2.

No data available

Trouvez votre voiture !

Marque
Modèle

Sécurité en ligne

Protégez-vous contre l'hameçonnage (phishing), de la fraude par chèque et des offres malhonnêtes. Surfez en toute sécurité grâce à nos conseils.