Imprimer Recommander   Twitter
 
Imprimer Recommander   Twitter
Galerie: Rapport André Lotterer au départ du Grand-Prix de Belgique !

Rapport: André Lotterer au départ du Grand-Prix de Belgique !

Le plus belge des Allemands débarque en F1

21.08.2014

Pilier de l’écurie Audi aux 24 heures du Mans qu’il a remportées à trois reprises, André Lotterer pilotera à Spa la Caterham habituellement dévolue au Japonais Kamui Kobayashi. Histoire pas banale d’une arrivée-surprise mais tardive en F1.

A l’heure où Red Bull annonce la titularisation de Max Verstappen – 17 ans à peine – chez Toro Rosso en 2015, le recrutement d’un novice de 32 ans par Caterham F1 a un doux parfum suranné. Il nous ramène vingt ans en arrière, à une époque où la Formule 1 chérissait l’expérience et où elle donnait le temps à un pilote de mûrir dans les catégories inférieures. Damon Hill, champion du monde 1996, avait le même âge qu’André Lotterer lorsqu’il a débuté dans la discipline-reine. A la différence que le Britannique venait de la Formule 3000, antichambre de la F1, et qu’il alignait comme un stakhanoviste les kilomètres en essais au volant de la Williams-Renault FW14 qui devait mener Nigel Mansell vers le sacre. A l’époque, il n’y avait aucune restriction sur les essais privés…

Galerie: Rapport André Lotterer au départ du Grand-Prix de Belgique !André Lotterer ne pourra pas se prévaloir de la même expérience lorsqu’il prendra la piste à Francorchamps au volant de la modeste Caterham CT05, lanterne rouge de la discipline. Le nouveau venu n’aura en effet passé que quelques heures dans le simulateur de l’écurie britannique.

Premier rendez-vous manqué

Né à Duisburg, André Lotterer a grandi à Nivelles auprès d’un père – Henri Lotterer – motoriste au sein de l’équipe RAS mainte fois titrée en rallye et en course pour voitures de tourisme. Bercé au son des moteurs depuis sa plus tendre enfance, il était quasiment inévitable que le jeune Allemand (qui court sous licence belge) se prenne de passion pour les sports mécaniques. Derrière le volant d’un kart, le jeune André a d’emblée démontré un indéniable talent. A l’occasion, du haut de ses douze ans, il lui arrivait de faire quelques kilomètres au volant des redoutables Ford Escort Cosworth de rallye que son père préparait pour François Delecour et Bruno Thiry ! C’est pourtant vers la monoplace qu’il s’est dirigé avec le rêve de devenir pilote de Grand-Prix. En Formule 3, ses résultats sont suffisamment probants pour convaincre Jaguar F1 de le recruter comme pilote d’essais en 2002. A l’époque, il est préféré à un certain Fernando Alonso !

Galerie: Rapport André Lotterer au départ du Grand-Prix de Belgique !Il a seulement 20 ans et on se dit alors que Lotterer Jr se prépare à une grande carrière en F1. Las, l’aventure du constructeur britannique en Grand-Prix tourne court et Lotterer reste sur le carreau. Il prend alors la décision de s’exiler au Japon pour poursuivre sa carrière en monoplace au sein de la Formula Nippon. En parallèle, il dispute le Super GT qu’il remporte par deux fois (2006 et 2009). En 2009, pour ses débuts aux 24h du Mans, sa prestation sur une Audi R10 TDi privée est si remarquable qu’elle lui vaut rapidement d’être incorporé à l’équipe officielle. Une décision que le Dr Ullrich, patron d’Audi Motorsport, ne regrettera pas : Lotterer offre trois victoire à la firme aux anneaux aux 24h du Mans (2011, 2012 et 2014) et décroche un titre mondial en endurance (2012).

Le rêve de toute une vie

Galerie: Rapport André Lotterer au départ du Grand-Prix de Belgique !Mais il faut croire qu’André Lotterer n’avait pas tout à fait oublié son rêve de Formule 1. Tenant le pilote allemand en haute estime – comme les journalistes du magazine britannique Autosport qui l’ont classé parmi les 50 talents qui méritaient d’aller en F1 – Collin Kolles, conseiller de Caterham F1, a mis tout son poids dans la balance pour permettre au pilote trentenaire de disputer le Grand-Prix de Belgique. Bertrand Gachot, ex-pilote F1 et ex-vainqueur du Mans, à la tête de la marque de boisson énergisante Hype, a apporté sa pierre à l’édifice en finançant la coûteuse super-licence (14.000 euros !) nécessaire pour prendre un départ en Formule 1.

« Je suis excité à l’idée de disputer mon premier Grand-Prix. Je n’ai qu’une envie : monter au plus vite à bord de la voiture. J’adore le circuit de Spa où je me sens comme à la maison. », expliquait le remplaçant de Kamui Kobayashi.

Galerie: Rapport André Lotterer au départ du Grand-Prix de Belgique !Alors, que faut-il attendre de Lotterer à Spa ? Avec une Caterham, forcément il n’y aura pas de miracle. Mais il sera intéressant de voir où le pilote de référence de l’endurance se situera face aux jeunes loups de la F1. Son expérience de la Formula Nippon, la série monoplace la plus rapide après la F1 dont il a remporté le titre en 2011, devrait l’aider. D’autres pilotes venus du Japon ont déjà créé la surprise en F1, comme le débutant Eddie Irvine, 6ème à Suzuka en 1993 après une grosse bagarre avec Ayrton Senna. C’était évidemment une autre époque et Irvine disposait d’un matériel plus performant… Il n’empêche Lotterer sera la curiosité du week-end spadois. Sa gentillesse et son franc-parler, loin du discours formaté des gamins de la F1 actuelle, devraient en faire la coqueluche des médias.

 

Salon de Genève 2017

Découvrez toutes les nouveautés du Salon de l'Auto de Genève 2017 dans notre dossier spécial.

Auto & Milieu

Tous les essais de véhicules à faibles émissions de CO2.

No data available

Trouvez votre voiture !

Marque
Modèle

Sécurité en ligne

Protégez-vous contre l'hameçonnage (phishing), de la fraude par chèque et des offres malhonnêtes. Surfez en toute sécurité grâce à nos conseils.