sans images
AutoScout24
AutoScout24 Magazine

Article publié le : 03.01.2019

ww2.autoscout24.be/fr-be?article=637473

Rapport: Marché automobile 2018

La chute inexorable du diesel

La Febiac vient de publier les chiffres d'immatriculations de 2018. De cette publication, on peut tirer deux enseignements, dont un qui confirme l'air du temps.

Tous les calculs ont été faits et vérifiés: en 2018, on a immatriculé en Belgique pas loin de 550.000 voitures neuves, ce qui représente une progression de 0,6% par rapport à 2017. Mieux, la Febiac qualifie 2018 d'année exceptionnelle, puisque le score est légèrement inférieur à celui de 2011, clôturée sur plus de 570.000 voitures neuves immatriculées.

Le phénomène s'accélère

La Febiac analyse ce chiffre exceptionnel comme une volonté d'une majorité d'acheteurs d'acquérir une voiture plus propre. Une analyse peut-être un peu rapide, car c'est oublier que le Belge change de voiture en moyenne tous les 7 ans, et ce pourrait surtout être cela qui explique les chiffres, plus qu'une réelle motivation "verte". En même temps, on peut en effet imaginer que l'accumulation de déclarations des autorités sur les interdictions de ceci et cela, et la mise en place de zones à basses émissions dans les villes a pu pousser l'automobiliste à se prémunir.

Ce qu'on retiendra par ailleurs est l'accélération de la tendance à la dédiésélisation. Entre 2005 et 2011, 3 voitures neuves sur 4 vendues en Belgique roulaient au diesel. Puis le fléchissement s'est amorcé en 2012, avec la fin des primes au CO2 qui nous poussaient allègrement vers le diesel. En 2016, le diesel représentait encore 50% des ventes, puis 46% en 2017 et en 2018, la chute: 35%.

Face à cette érosion spectaculaire, nous sommes partagés. D'une part, nous nous en réjouissons et nous pensons que cette part est la juste part du diesel sur un marché comme le nôtre, car elle représente ceux qui ont réellement besoin d'un véhicule diesel. Mais nous ne pouvons nous empêcher de penser que le haro sur le diesel décidé aujourd'hui par nos gouvernants est au-moins aussi stupide que de nous avoir poussé vers le diesel il y a 10 ans. Un pas en avant, deux pas en arrière. On parie que ce sera pareil pour l'électrique dans 10 ans?