sans images
AutoScout24
AutoScout24 Magazine

Article publié le : 04.10.2018

ww2.autoscout24.be/fr-be?article=626369

Reportage: Mondial de l'Automobile de Paris 2018

Notre Top 5 de l'année

Le Salon parisien envoyait cette année des signaux assez divers. D'une part, impossible d'ignorer les multiples absents, et même les CEO présents ne se sont pas lancés dans de grands discours marquants. Mais certains constructeurs n'ont pas loupé l'occasion de se mettre en lumière.

Pas de Fiat, ni de Jeep, ni de Ford, ni d'Opel, ni de Volvo… Il devient difficile pour le Salon de Paris de justifier son titre de "Mondial". C'est BMW qui a fait le show cette année, avec pas moins de trois grandes premières: la nouvelle Série 3, la nouvelle Z4 et la Série 8 Coupé. Audi et Porsche aussi – encore des marques allemandes – ont contribué à faire de Paris un salon finalement assez riche en spectacle. Mais voici les cinq choses – un choix très personnel – qui sont pour nous les plus marquantes.

Kia Niro EV

Kia a envoyé le Niro EV à Paris depuis l'Auvergne histoire de mettre à l'épreuve son autonomie, même si l'histoire ne dit pas précisément d'où le véhicule a démarré. Mais bref, une autonomie de 485 km n'en est pas moins impressionnante, et un moteur électrique de 204 ch, c'est sympa. Les palettes au volant servent à moduler le niveau de récupération d'énergie à la décélération. Les tarifs ne sont pas encore connus, mais devraient tourner autour des 38.400€ demandés pour son cousin, le Hyundai Kona Electric. Petit point négatif: même sur une borne de recharge rapide, il faut 75 minutes pour récupérer 80% de charge, et il faut près de 24 heures sur une prise domestique classique pour une charge complète.

Ferrari Monza SP1

Combien d'exemplaires seront produits? A quel prix? Ferrari n'a rien voulu révéler à la première mondiale des Monza SP1 et SP2, des barquettes telles que le constructeur en construisait dans les années 50. Comme leurs noms l'indiquent, la SP1 ne propose qu'une seule place, tandis que la SP2 dispose de deux sièges.

La carrosserie est une création du département design maison de Ferrari, et s'inscrit dans la série "Icona" par laquelle la marque entend rendre hommage à son sublime héritage. "Pour le plaisir de nos meilleurs clients". Ces derniers ne s'en plaindront probablement pas. La mécanique des Monza est empruntée à la 812 Superfast, on parle donc d'un V12 atmosphérique de 810 ch.

Tesla Model 3

Depuis le temps qu'on en entend parler, elle était enfin officiellement présente sur le stand parisien de Tesla. La Model 3 est une jolie voiture, dotée d'un bel intérieur et bourrée de petits signes distinctifs sympas, comme les poignées de porte qu'il faut pousser et non tirer. Par contre, la qualité de finition n'est clairement pas au top, du moins pas celle du modèle exposé à Paris. Les tarifs définitifs ne sont pas encore fixés et actuellement, Tesla se contente d'évoquer "à peu près 35.000€". Et ceux qui n'ont pas encore passé commande ne doivent pas espérer voir leur voiture arriver dans le premier lot de livraisons prévu début 2019. En ce moment, l'attente va de 12 à 18 mois.

Toyota Rav4

Outre BMW et Audi, Toyota avait également pas mal de choses à montrer. Que le nouvelle Corolla était une belle réussite, on le savait depuis Genève. Mais la Camry est elle-aussi de retour après une très longue absence. Et pour la cinquième génération du Rav4, Toyota a opté pour un langage esthétique radicalement "dans ta face". Vous ne lui trouvez pas un petit air de mini-Land Cruiser? Le nouveau Rav4 recevra une motorisation hybride développant 222 ch, ainsi que la transmission intégrale. Il semble plus long que son devancier mais en réalité, il est une demi-centimètre plus court (4,6 m). En largeur par contre, il gagne un bon centimètre. Toyota annonce pour ce Rav4 hybride des émissions de CO2 de 102 g/km.

Peugeot Rifter Dangel

Il faudra attendre le troisième trimestre 2019 pour que le spécialiste français du 4x4 lance la version offroad familiale du Rifter. La version utilitaire est par contre déjà programmée pour début 2019. On pourra choisir entre une transmission intégrale robuste mais basique (une adaptation facturée 1.800€ hors taxes), ou une vraie version offroad, surélevée de 2 cm et pourvue du viscocoupleur maison de Dangel, pour laquelle il faudra dépenser 6.400€ hors taxes. Un bouton de sélection 2WD/4WD sera alors placé dans l'habitacle. Notez enfin que pour la première fois, Dangel ne travaille pas qu'avec Peugeot mais proposera aussi les mêmes adaptations pour le Citroën Berlingo, pour l'Opel Combo et pour la version Vauxhall (marché britannique) de ce dernier.