sans images
AutoScout24
AutoScout24 Magazine

Article publié le : 28.09.2017

ww2.autoscout24.be/fr-be?article=571427

Test: Kia Stonic

Le coup du Sportage ?

En 2010 apparaissait la troisième génération de Kia Sportage. Un modèle au design léché qui allait poser Kia en acteur incontournable du segment, alors naissant, des SUV compacts. Le constructeur entend aujourd’hui réitérer l’exploit à l’échelon inférieur avec son sympathique Stonic.

Le Stonic reprend à son compte les éléments visuels devenus traditionnels des dernières Kia. Outre la calandre «Tiger Nose», l’originalité du nouveau SUV est à chercher dans sa hauteur de pavillon contenue et son montant C plein «façon Targa». Ce trait est accentué en optant pour la peinture bicolore, qui permet de faire son choix entre cinq coloris contrastant pour le toit, les coques de rétroviseurs et le becquet arrière. Ajoutez à cela des porte-à-faux quasi-inexistants et vous obtenez l’un des profils les plus dynamiques du segment. Sans trop en faire, le Stonic accroche le regard !

Habitacle dans la norme

L’ouverture de la portière laisse apprécier un habitacle à la présentation moderne, avec un meuble de bord assez massif, mais là encore sans extravagance. Si certains reprocheront l’omniprésence de plastiques durs, ils ne trouveront en revanche rien à redire sur leurs assemblages, très propres. Ce qui est dommage, c’est que Kia réserve les inserts colorés de la console centrale, de la sellerie et du volant (surpiqûres) à la seule version haut de gamme. L’habitacle des autres finitions parait bien austère.

Avec ses 4,14 mètres de long, le Stonic se situe en plein dans la cible visée, entre un Captur et un 2008. Si son coffre n’étonne guère, avec un volume de 352 litres derrière la banquette (avec plancher repositionnable), l’habitabilité pour les occupants est, elle, excellente, même pour les grands gabarits.

Equipement complet

Comme c’est devenu une habitude chez Kia, l’équipement est l’un des points forts de ce Stonic. La dotation de série inclut notamment la climatisation, le système multimédia avec connexion Bluetooth et 6 haut-parleurs, le volant multifonction, les capteurs de recul ou encore l’allumage automatique des phares dès la finition de base. A cela s’ajoutent l’aide au freinage d’urgence, l’alerte de franchissement de ligne, l’assistant feux de route, la sellerie cuir, les sièges chauffants et le démarrage mains-libres, mais il est malheureusement nécessaire de monter en gamme pour profiter de certains d’entre eux.

Sportif urbain

Kia applique la même politique à ses moteurs essence qu’à ses équipements : chacun d’eux est lié à un niveau de gamme. Ainsi, le petit 1.2 MPI de 84ch est réservé à l’entrée de gamme Easy, le 1.4 MPI 100ch est associé à la finition Fusion, et l’excellent 998cc T-GDI 120ch ne se conjugue qu’en haut de gamme Sense. C’est évidemment avec ce dernier que s’apprécie le mieux le Stonic. Répondant présent à tous les régimes, ce trois-cylindres se marie bien au dynamisme du châssis et à la précision de la direction. Une conduite engagée donc, qui corrobore la position de conduite basse et l’amortissement assez ferme du SUV.

Le 1.4 MPI ne démérite pas, et permet de s’insérer en toute quiétude dans le trafic en gardant à l’esprit sa puissance plus haut perchée. Enfin, Kia propose également le 1.6 CRDI 110ch sur toutes les versions. Un moteur qui ravit par son couple et qui, comme les deux autres blocs essayés, jouit d’une excellente boîte manuelle à six rapports.

Kia Stonic 1.0 MPI
Moteur: 3 cyl. essence, turbo, 998cc
120 ch à 6.000 t/min
172 Nm de 1.500 à 4.000 t/min
0-100 km/h: 10,3 secondes
Pointe: 184 km/h
Conso: 5 l/100 km
CO2: 115 g/km
Prix: 17.690 €