sans images
AutoScout24
AutoScout24 Magazine

Article publié le : 09.05.2017

ww2.autoscout24.be/fr-be?article=551250

Test: Land Rover Discovery

Mini Range, maxi plaisir !

Avec sa cinquième génération de Discovery, Land Rover propose un modèle capable de faire aussi bien que les aînés de la gamme Range Rover à un tarif "un rien" plus  démocratique. Familles en quête d’aventures, vous êtes prévenues !

Aujourd’hui, si de plus en plus de SUV sont capables d’accueillir le conducteur et ses six passagers, rares sont ceux qui peuvent prétendre à des prestations de baroudeurs. C’est d’ailleurs ce qui fait l’unicité de cette espèce qui n’est pas en voie de disparition, mais qui compte peu de modèles dans ses rangs. Parmi ceux-ci, il y a le Land Rover Discovery. La cinquième génération venant d’arriver dans les concessions, le constructeur nous a proposés d’en prendre le volant dans un cadre peu conventionnel. Cela dit, en y réfléchissant bien, réaliser un parcours off-road dans une mine de dolomite correspond parfaitement au slogan de Land Rover : "Above And Beyond".  

Style revu  

Evidemment, avant de plonger dans les entrailles de cette mine de Wellen (Allemagne) qui longe la Moselle, nous avons pris le temps de réaliser le tour du propriétaire. Et au final ? Cette génération respecte encore les codes de la lignée Disco; même si ceux-ci sont moins prononcés qu’auparavant. Question design, on retrouve en effet le décrochement du toit ainsi que le support de plaque arrière légèrement décalé. Pour le reste, c’est l’air de famille des Range Rover actuels qui apporte une touche de modernité. Dès lors, si les inconditionnels du modèle originel trouveront des choses à redire sur le style extérieur, ils ne pourront pas se plaindre du niveau technologique de ce Disco et du bond en avant réalisé à bord.

De 2 à 7 et vice-versa...

Il est vrai que ce Disco reprend à son compte des éléments du Range Rover Sport et du Range Rover, à commencer par leur plateforme, leur structure monocoque en aluminium, une partie de leurs moteurs et des éléments de leur mobilier.

Cela dit, à bord, on retrouve avec plaisir tout ce qui a fait jusqu’ici le charme du modèle : une disposition des sièges en gradin et une modularité exemplaire. En fonction des besoins, on peut en effet configurer l’habitacle à volonté. Et ce, sans trop se fatiguer, les sièges pouvant être rabattus ou remis en place sur simple pression d’un bouton via l’écran tactile ou les commandes du coffre. Le résultat ? Le coffre peut disposer d’un volume utile allant de 258 litres (7 places) à 2.406 litres (2 places). Pas mal ! En outre, comme autre détail pratique, il faut noter que ce Discovery se dote de 21 espaces de rangement dont la capacité totale s’élève à 45 litres. Pour le reste, on apprécie le mobilier de bord repris à ses aînés et surtout les nombreuses attentions high-tech – connectivité en tête – déjà aperçues sur les derniers modèles du groupe JLR.

Atouts clés

Les dessous de cette génération, quant à eux, sont plutôt affriolants. Il faut dire que l’on retrouve sous la robe du modèle : le système Terrain Response (qui permet d’évoluer sur différentes surfaces), une boîte de rapports courts et des suspensions pneumatiques. Associés à une large palette de moteurs (essence et Diesel), à une boîte auto ZF à 8 rapports efficace et à des angles de franchissement appropriés, ces détails permettent au Disco d’évoluer partout. En plus, avec sa garde au sol de 283 mm et sa profondeur de gué de 900 mm, il est clair qu’aucun obstacle ne lui fera peur. Les blocs répondent, quant à eux, aux attentes d’aujourd’hui. Land Rover laisse le choix entre un 2 litres Diesel (180 ch ou 240 ch) et deux V6 suralimentés : un Td6 (211 ou 258 ch) et un bloc essence Si6 de 340 chevaux.

Excellent compromis

Le trajet menant à cette mine, quant à lui, nous a permis de réaliser à quel point ce Discovery était le 4x4 idéal pour une famille nombreuse. Outre son sens de l’accueil, c’est surtout sa facilité de conduite qui déconcerte. Et, franchement, en Diesel, que ce Disco soit animé par le 2.0 litres de 240 chevaux ou par le V6 de 258 chevaux, tout n’est qu’une question de budget et d’agrément. En réalité, entre les deux, il ne s’agit que d’une différence de souplesse et de sonorité. Car pour le reste, ces blocs sont capables de déplacer le Discovery – de plus de 2 tonnes – avec une certaine aisance. Et si le comportement routier est irréprochable, on note néanmoins une légère prise de roulis lorsque l’on augmente le rythme.

Par contre, en mode off-road, une fois dans la mine, le Discovery se tire toujours des situations critiques sur un filet de gaz. En effet, grâce aux aides à la conduite et aux caméras permettant de voir où l’on pose ses roues, les frayeurs passent à la trappe. Ce détail a toute son importance quand il s’agit d’éviter de froisser la carrosserie d’un modèle qui coûte minimum 51.700€, à condition de ne pas trop piocher dans la longue liste des options. A bon entendeur...

Land Rover Discovery 2.0 Sd4
Moteur: 4 cylindres turbo diesel, 1.999 cc
240 ch à 4.000 t/min
500 Nm à 1.500 t/min
0-100 km/h: 8,3 sec
Pointe: 207 km/h
Conso: 6,3 l/100 km
CO2: 165 g/km
Prix: 55.700 €