sans images
AutoScout24
AutoScout24 Magazine

Article publié le : 12.04.2017

ww2.autoscout24.be/fr-be?article=547416

Rapport: Salon de Francfort: les désertions s'accumulent

Guéguerre ou rationalisation?

Plus les semaines passent, plus la liste des constructeurs renonçant au prochain Salon de Francfort s'allonge. Mais que se passe-t-il dans le microcosme automobile européen?

C'est désormais officiel: le Salon de Francfort se tiendra en septembre prochain en l'absence d'un certain nombre de constructeurs. Il n'y aurait pas de quoi s'alarmer si on ne parlait que de marques plutôt confidentielles en Europe comme Mitsubishi ou Infiniti, mais la liste d'absence comprend aussi des noms plus importants.

Neuf, et peut-être plus

Jusqu'à présent, ce sont neuf marques qui ont décidé de faire l'impasse sur Francfort, et non des moindres: Alfa Romeo, Fiat, DS, Nissan, Peugeot, Volvo et Jeep. Ca va faire un vide.

Comment expliquer ces désistements? Au départ, certains y voyaient une sorte de représailles. En effet, le dernier Mondial de l'Automobile, qui se tient aussi en septembre, en alternance avec Francfort, avait dû faire sans Bugatti, Lamborghini, Ford, Volvo, Mazda, et Aston Martin. Explication plus plausible: le marché automobile a changé de pôles. Si l'Europe reste importante, les constructeurs surveillent leurs finances plus que jamais et certains préfèrent consacrer leur budget Salon à Detroit, Shanghai ou Pékin.

Un coup à jouer pour Bruxelles?

Est-ce à dire qu'il n'y a plus de place que pour un seul grand rendez-vous européen, à savoir Genève? De fait, la popularité (et la couverture médiatique) du Salon suisse ne se dément pas, bien qu'il ait lieu chaque année. En même temps, c'est un Salon très typé "haut de gamme". A notre avis, il y a donc encore une place pour un Salon plus "grand public" en Europe. Un Salon à taille humaine, situé entre Paris et Francfort, qui plus est dans la capitale Européenne: le Salon de Bruxelles. Et si les absences de Paris et Francfort sont une question de coût, il faut savoir que le m² de stand français se loue 175€. En Allemagne, c'est 166€. Des prix "de base". A Bruxelles, le m² va de 84 à 104€. Et, dernier argument de taille: la Belgique n'a pas vraiment de marque locale, Bruxelles est donc, comme Genève, en terrain neutre.

Bientôt une pluie de Premières Mondiales dans le Plat Pays?