sans images
AutoScout24
AutoScout24 Magazine

Article publié le : 09.10.2015

ww2.autoscout24.be/fr-be?article=477189

Prise de contact: Peugeot 308 GTi

Chouette, ça recommence!

2015 marque le retour d'un conflit qui oppose les mêmes Grandes Puissances que dans les années 80. Peugeot et VW se refont face dans la Guerre des GTi. Yeah Baby!

Contrairement à Peugeot, VW n'a jamais cessé de proposer des GTI. Toujours digne de ce nom? Pas vraiment. Et ce n'est qu'avec la Golf 7 que la marque a vraiment recommencé à faire honneur au label. Peugeot a choisi la même période, avec la 208 GTi, pour donner une véritable suite à sa propre légende. Mais de match il n'est plus question, car si la 208 est à peu près du même gabarit que son illustre aïeule, la Golf, elle, a changé de segment. Finies les discussions enflammées entre fans de VW et fondus de Peugeot? Non. Revoici une GTi française qui va donner du fil à retordre à Wolfsburg.

Traitement compétition

Le moteur ayant servi de base est le 1.6 THP que l'on retrouve notamment dans la 208 GTi et la 308 GT, entre-autres. Une base seulement, car dans la 308 GTi, il a été profondément modifié. Les pistons par exemples sont forgés par un spécialiste de la compétition automobile, et sont composés d'un alliage d'aluminium très rare dans les voitures de série. La boîte manuelle 6 est la même que celle de la 308 GT, mais arbres et pignons ont subi un traitement spécial pour mieux résister à l'usure de surface et à la fatigue du matériau. Deux exemples parmi tant d'autres. On devrait donc longtemps profiter des 270 ch (avec un "simple" 1.6!), des 330 Nm, du 0-100 en 6 secondes et des 250 km/h (limite électronique) en pointe.

Torsen

Difficile de dire qui du moteur ou du châssis est la pièce maîtresse de cette voiture, tant l'un et l'autre sont des bijoux absolus. Car outre les réglages parfaits, et je pèse mes mots, du châssis classique (pas d'amortisseurs réglables ni de suspensions pilotées), de la direction et encore des freins, il y a sur le train avant un différentiel à glissement limité lui aussi réglé à la perfection. Une solution purement mécanique qui procure à la 308 un comportement diabolique en virage.

Entre ça et les Michelin Pilot Super Sport montés sur des jantes 19'' qui sont chacune 2 kg plus légères que celles d'une 308 GT, le grip du train avant est tout simplement hallucinant. Ca ne cesse jamais d'accrocher et quand on se dit que, peut-être, ça va sous-virer, il faut avoir le réflexe contre-nature de garder les gaz, voire d'en remettre et la 308 rentre à l'intérieur du virage très proprement, sans brutalité. Puis on sort de la courbe à une vitesse qu'on n'imaginait pas possible dans cette auto, on remet encore plus de gaz et le 1.6 envoie jusqu'à 6.500 tours sans s'essouffler. Le petit manque d'allonge constaté dans la RCZ R a disparu.

Cerise sur le gâteau, malgré ce comportement routier véritablement sportif, la 308 GTi est aussi confortable. Pas juste "assez confortable pour une sportive". Non, vraiment confortable. Comme une Golf GTi en fait. Sauf que…

Des rivales?

Sauf que par ses performances, son efficacité et la générosité des sensations, la 308 GTI laisse tout bonnement la Golf dans le vent. Même les Ford Focus ST et la bientôt retraitée Renault Megane RS, qui étaient jusqu'à aujourd'hui les références, subissent les coups de griffes de la Lionne, la Ford ne l'emportant que par un tarif canon. Car la 308 GTi n'est pas donnée. Il existe une "version fiscale" de 250 ch (34.050€) mais qui n'a pas droit, même en option, au différentiel Torsen. La "vraie" 308 GTi coûte 36.900€. C'est plus que la Honda Civic Type R et son 2.0 litres de 310 ch, mais dont la radicalité technique et esthétique intéressera une tout autre clientèle. Restent la Golf R et l'imminente Ford Focus RS, des voitures de plus de 300 ch également, et disposant de 4 roues motrices. Voilà ce qu'il faut pour tenir tête à la Peugeot 308 GTi. Et dire qu'il y aura peut-être une 308 R… Peugeot is back!